La tentation de ZORASTRE

–  A toi de jouer maintenant! me dit-il de sa voix graveleuse.

Je sens son souffle chaud sur ma nuque, j’entends le froissement de sa toge à chacun de ses mouvements. Sa présence me terrifie mais je dois réussir. Il est le maitre de ce lieu et il le sait. C’est Zoroastre, celui qui peut faire de moi un être divin ou enfermer mon âme dans un  grain de sable.

Me voilà donc, dans la peau du prétendant, je suis assis dans un fauteuil sur un tas de cendre au milieu de nulle part. Face à moi un écran géant.
J’ai une demi-heure pour faire basculer le destin d’une jeune mortelle. Je vois sa vie en temps réel sur l’écran. C’est un agent fédéral avec un micro espion caché dans ses boucles d’oreille. Elle est vêtue d’une robe de soie bleue marine ouverte dans le dos jusqu’au bas des reins. L’échancrure de sa robe révèle un porte-jarretelle noire très attrayant. La forme généreuse de sa poitrine est parfaitement mise en valeur par un collier de perle. Un rouge à lèvre vif dessine sa bouche fine. Ses yeux bleus sont légèrement cachés par de faux cilles, ses cheveux blonds sont tirés en arrière laissant seulement une mèche sur son visage comme une virgule. Elle est prête à assumer son rôle. Celui d’une « escorte girl ». Elle est dans la suite royale d’un grand hôtel avec un narco trafiquant. Lui, il est d’origine mexicaine, trapue, une moustache touffue, la peau matte et le regard toujours en alerte. Il fait rouler son « Cohiba Behike » entre les doigts comme pour affirmer sa toute puissance. Le problème c’est qu’il sait pour le micro et son but est d’éliminer cette fausse poule de luxe et ainsi faire savoir à ceux qui le traquent, qu’il est insaisissable.

Mon rôle est d’empêcher le crime. En observant cette chambre luxueuse, je constate un panier de fruits et légumes exotiques, il y en a cinq de chaque.
Je saisis ma chance !
Je demande à Zorastre qui me fait passer ce test, d’introduire un poison dans le fruit que je lui indique.

 

– Pourquoi celui-ci ? m’interroge-t-il.

 

Le son de sa voix me donne des frissons, mais j’essaie de rester concentrer sur ma tâche. Je m’efforce de donner de l’assurance dans ma voix.


– Parce que c’est un « tomatillo » et comme il est mexicain il y a de fortes chances qu’il le mange.
– D’accord.

 

Zorastre s’exécute. D’un geste lent et précis, il tend son doigt velu vers l’écran, une bouche se matérialise à la place de son ongle et prononce des mots dans une langue que je ne connais pas.

 

– Nitafanya mapenzi yangu

 

Au bout d’une demi-heure, comme je l’avais prévue le mexicain mange le « tomatillo ». Il se met à trembler, sa respiration s’accélère, il est pris de spasme violent, de la bave blanche mousse sur le bord de ses lèvres et dans un râle d’agonie il finit par mourir. L’agent fédéral a obtenue les informations qu’elle désirait en jouant son rôle à la perfection. Je me tourne face à Zorastre en lui adressant un large sourire.

 

– J’ai réussi.

 

Zorastre se place alors devant moi et approche son visage face au miens. Je frémis à la vue de son faciès scarifié. Sous sa capuche qui lui recouvre toute la tête et le front, j’observe une peau de couleur pourpre et caverneuse, son nez est couvert de pustule d’où suinte un liquide jaune. Ses yeux rouges vifs sortent de leurs orbites. Lorsqu’il ouvre la bouche, je constate une dentition irrégulière tachetée de minuscules points noirs qui crépitent, le tout mêlé d’une odeur nauséabonde de poissons pourris.

 
– Non tu as échoué.

 

Je commence à avoir la nausée et envie de vomir mais je suis plus tétanisé par le fait d’avoir échoué. Je réponds avec stupeur.

 
– Quoi !
– Je ne t’ai jamais dit d’empêcher ce crime mais d’empêcher le crime. Celui que tu viens de commettre. Tous les mortels qui font ce test échouent et cela me prouve une fois de plus que vous ne serez jamais des dieux. Lorsque vous êtes en possessions d’un grand pouvoir, vous voulez absolument vous en servir. Le pouvoir vous aveugle et occulte votre esprit d’analyse, de jugement. Pourquoi vouloir manger quand on n’a pas faim. Quand vous êtes face à un problème et que l’on vous propose deux solutions possibles, vous vous sentez obliger d’en choisir une, alors qu’il y a toujours une solution alternative. Les mortelles nomment cela le libre arbitre et pourtant, ils choisissent toujours la fatalité. Si tu avais attendu la demi-heure, tu aurais constaté qu’il ne se serait rien passé, car le micro espion ne fonctionnait pas et le narco trafiquant le savait. A présent ton âme va  rejoindre des milliards autres sur les plages qui jonchent ta planète. Ne crois pas que ce la soit une délivrance car tu seras conscient de ton sort jusqu’à la fin de l’éternité.

Ne pouvant pas contester la décision de Zorastre, une question me brule alors les lèvres.

 

– Quelqu’un a-t-il déjà réussit ce test ?

 

Etonné par ma question, Zorastre me répond avec fierté.

 

– Oui…moi. Un jour peut-être, un autre mortel prendra ma place et accédera ainsi à la puissance divine mais ce jour-là n’est pas prêt d’arriver, cela fait 25552 ans que j’attends. Ferme les yeux à présent et écoute le son des vagues qui vont marteler ton esprit à jamais.

OGA

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :